Les auteur-e-s

Catherine Basset
 

est spécialiste des cultures insulindiennes (Bali, Java, Sunda) depuis maintenant 30 ans, dont plus de 11 passés au cœur des villages, où elle est internationalement connue (avec le pseudo de Kati) pour ses nombreuses publications et innombrables communications orales (scientifiques, pédagogiques et tout public), comme pour ses spectacles théâtraux et ses actions de revivification de traditions scéniques souvent méconnues.
Depuis la soutenance (en 2004), devant un jury très international, de son doctorat d’ethnologie (préparé au laboratoire d’ethnomusicologie du Musée de l’Homme, CNRS-Paris X Nanterre) — avec une thèse sur le gamelan qui en renouvelle la théorie musicale (instrument collectif, architecture sonore concentrique) et l’anthropologie (construction tantrique) —,  elle est membre non statutaire de l’équipe Centre Asie du Sud-Est (C.A.S.E. CNRS-EHESS), pour lequel elle effectue régulièrement des missions de recherche en Indonésie. Elle est associée aussi à deux autres groupes de recherche universitaire du CNRS concernant les traditions verbales et théâtrales.
Chargée de cours à l’INALCO, elle est depuis 25 ans appelée à intervenir ponctuellement dans de très nombreux autres établissements en France et en Europe, qu’il s’agisse d’universités, de lycées, collèges ou écoles primaires, de conservatoires, de théâtres, de médiathèques, de festivals, de la Cité de la Musique à Paris, de colloques internationaux ou de chaines radiophoniques…

 

Aurélia Domaradzka-Barbier

 

professeur, spécialisée en ethnomusicologie, membre de la S.F.E. Ses recherches sur les sociétés traditionnelles d’Europe Centrale constituent un apport à des innovations pédagogiques et à la réalisation de projets interdisciplinaires avec des partenaires institutionnels du Ministère de l’Education Nationale.

 

Jérôme Cambon

 

musicologue et historien, poursuit des recherches sur les manifestations musicales populaires en France. Ses travaux sur les sociétés instrumentales contribuent notamment à une meilleure connaissance du mouvement orphéonique. Ils ont été couronnés en 2009 par un doctorat de musicologie.

Après la publication d’une première synthèse (Soufflants et frappeurs de peau, une petite histoire des sociétés instrumentales d’Angers, Beaufort-en-Vallée et Trélazé, Éditions Cheminements, 2003) et d’un  second ouvrage (Les trompettes de la République, harmonies et fanfares en Anjou sous la Troisième République, Presses universitaires de Rennes, 2011), cet article ouvre des perspectives originales sur les sociétés instrumentales.

L’auteur s’intéresse actuellement aux dimensions esthétiques et philosophiques des expressions musicales du XIXe siècle.

 

Sébastien Biset
 

est historien de l’art, artiste et musicien. Globalement, ses recherches portent sur la dimension pragmatique de la création contemporaine, les esthétiques de la situation et le « paradigme relationnel » auquel il a consacré une thèse de doctorat, et, dans le registre musical – entre pratique et médiation –, les pratiques expérimentales. Membre co-fondateur des associations (SIC) et MNÓAD (événements, édition, etc.), il est actuellement chef de projet « Archipel » (une organologie des musiques actuelles, par la Médiathèque de Belgique).

 

Matteo Melioli

 

basé à Londres est architecte et travaille à l'agence de Zaha Hadid sur de nombreux projets. Matteo est diplômé en théorie de l'architecture et du design à Venise, où il a suivi de nombreux projets de rénovation historique sous le patronage de l'UNESCO. Il est actuellement en thèse à Barlett (Londres) et publie des articles sur le design et ses rapports avec le sonore et le visuel. A travers ses deux publications majeures (Sensorial Spaces: the Construction of Reality through Perception et Inhabiting Soundscape: Architecture of the Unseen World) Matteo explore le concept d'espace au regard de la perception et de la phénoménologie, traversant ainsi les champs  de l'architecture, de la musique et des arts visuels. Son travail explore les liens perceptifs entre vue et ouïe, ainsi que les propriétés sculpturales des sons. Dans ses dessins et ses peintures, Matteo représente les interactions entre la musique, le temps et le mouvement, dépliant ainsi la structure, souvent imperceptible, qui lie espace et son.  

Eric De Visscher
 

Après des études de philosophie, de linguistique et de musique, Eric de Visscher a été directeur artistique du Festival Ars Musica de Bruxelles. En 1997, il a rejoint l’Institut de recherche et de coordination Acoustique/Musique (IRCAM), rattaché au Centre Pompidou, où il a exercé la fonction de directeur artistique. Il a notamment participé à la création du Festival Agora et à plusieurs expositions du Centre Pompidou. En 2005, il a rejoint la Cité de la musique où il a été nommé en 2006 directeur du Musée de la musique. Auteur de nombreux articles sur l’art et la musique, il est membre du bureau du CIMCIM depuis mai 2011.

 

Benedict Mason
 

Early pursuits as a filmmaker reinforced an intensely visual orientation, yet from the start, Mason's passion has been not for illustration, but investigation.

 

Earliest works from the 1990’s became increasingly intricate.

 

Later he turned to a kind of music which emphasises the structural and acoustic properties of the building in which a performance takes place, Music for Concert Halls, written for major ensembles, orchestras and their halls. These works are not site-specific and can be performed in any performance space.

 

In recent works, the eye and mind of a visual artist, is apparent, not only in the presentation of the scores (above all, the exquisite notation of felt | ebb | thus | brink | here | array | telling), but in the retinal response they call for.

 

However it is not just a matter of creating scores: for Mason, sculpting sound also means a reflection, research, and imagining. One elaborates what exists, reconstructs what is lost or unrecoverable, and seeks to realize dreams, as in THE NEURONS, THE TONGUE, THE COCHLEA.... THE BREATH, THE RESONANCE, while a synthesis of all these elements is found in recent pieces such as Presence and Penumbrae: Fire Organ, Photosonic Disks and Six Percussionists; [Les Percussions de Strasbourg, Royaumont 2004]

 

Other later pieces include:

 

igloos inclines isograms for the 8 horns of the Berlin Phiharmonic;

Music for Oslo City Hall - a 75 minute work for 96 musicians which opened the 2010 Ultima Festival.

ENSEMBLE for Three Identical Ensembles (premiered by Ensemble MusikFabrik, Ensemble Modern and Klangform Wien) at the 2013 Achtbrücken Festival in Cologne.

Musik für die Philharmonie Berlin Philharmonic; Karajan Akademie; Simon Rattle.

Meld commissioned by BBC Proms for 150 singers and instrumentalists. Aurora Orchestra; Chantage; Nicholas Collon.

Criss-Cross and Drawing Tunes and Fuguing Photos Festival d’Automne à Paris 2012

 

Perhaps the best insights into Mason's current thinking come from outside sight unseen and opened, a beautiful volume of 130 one-page texts, with fragile, Klee-like graphics that are allusively allied to the texts, but not explicitly illustrative of them.

 

 

Jean-Philippe Velu
 

est architecte, muicien. Ses recherches sur les relations entre espace et son, l’ont amené, en collaboration avec Jean-Michel Bardez à créer en 2011, la collection Architecture et Musique dont cet ouvrage est le premier de la série.

 

Arnaud Hollard
 

est architecte et artiste sonore. Après avoir étudié le jazz au Conservatoire de Chambéry, il a soutenu une thèse de doctorat en Musique et Musicologie du XXè siècle à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Il travaille actuellement comme architecte à l’agence AAFERARU à Paris, membre du conseil scientifique de l’Atelier International du Grand Paris, en association avec l’agence MVRDV et le laboratoire ACS.

 

François Nicolas

 

associe la composition à une réflexion théorique sur la musique.

Ses œuvres musicales sont éditées chez Jobert. Il travaille actuellement à une vaste tétralogie sur Mai 68 - Égalité ’68 –prévue pour le 50° anniversaire des événements.

Chercheur associé à l’École normale supérieure (Ulm) et à l’Ircam, il anime différents séminaires associant, sous les noms Entretemps et mamuphi, mathématiques, musique et philosophie. Il vient de terminer la rédaction d’un vaste ouvrage sur Le monde-Musique et prépare un livre sur Parsifal.

 

Laëtitia Derbez
 

est doctorante en musicologie au Centre de Recherches sur les Arts et le Langage (CRAL) à l’EHESS. Elle travaille sur le lien entre les musiques vocales de Luigi Nono dans les années 50-60 et les musiques anciennes à partir de procédés de composition particuliers. Elle fait également partie du comité de rédaction de Transposition : musique et sciences sociales.

 

Grégoire Chelkoff

 

Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble

Directeur du laboratoire cresson

UMR CNRS 1563 ambiances architecturales et urbaines

 

Carl Skelton
 

dirige le “Gotham Innovation Greenhouse” à New York et développe les applications web “Bettaville” en collaboration avec le MC2 (Institute for Applied Media Technology, Université des Sciences Appliquées, Bremen). Le projet “Betaville”, est basé sur son travail d’artiste, d’organisateur et fondateur du programme des Médias Digitales et du Brooklyn Experimental Media Center, rattachés à l’Institut Polytechnique de l’Université de New York. En 2012, Carl a été gratifié de la première médaille Jane Jacobs dans le domaine des technologies et de l’innovation par la fondation Rockfeller.   Un extrait de l’article présent dans cet ouvrage sera présenté dans une future publication concernant le Projet Betaville : New Soft City Culture / Le Cas Betaville (Springer USA).

 

Frédéric MATHEVET
 

se définit comme plasticien et compositeur. Il est chercheur associé à l’ACTE (UMR 8218) à Paris I (CNRS). Plasticien et poéticien ouvert à tout polymorphisme, à toute mutabilité, il se définit lui-même comme un «bricoleur» enchevêtrant les supports qu’ils soient numériques, picturaux ou sonores, comme le vecteur d’un langage plastique indocile, autrement dit qui « résiste à l’apprentissage des signes et remet sans arrêt l’arbitrarité et l’inégalité des signes qui construisent le réel ». Ce faisant, il définit sans cesse de nouvelles formes plastiques, refuse tout dogmatisme, qu’il touche à la matière, à la sémiotique ou « aux narratologies intempestives construites par la société ».  Docteur es arts, il est co-rédacteur en chef de la revue en ligne L’Autre Musique et du laboratoire du même nom qui entremêle chercheurs et praticiens dans un acte créatif libéré et porteur. Il est également l'auteur de deux manuels d'arts plastiques dont le second tome est consacré au cas particulier de la musique.

 

Nathalie Milon
 

Venue de Nice sa ville natale, Paris l’accueille bientôt, elle yreçoit son prix au conservatoire doublé d’une formation de musicologie en Sorbonne.Parallèlement,elle participe à plusieurs aventures théâtrales avec(Gitis de Moscou, théâtre du mouvement, les Hystériades, Julie Vilmont, Jean-Pierre Chrétien-Gony, )qui enrichissent sa technique de scène et lui permettentd’élargir son univers artistique et d’encore mieux transmettrel’émotion musicale. Beaucoup de chefs l’invitent à chanter dans leurs formations telle Laurence Equilbey (ensemble Accentus),Dale Wardlaw (choeur international de femmes de Paris)Catherine Charles (chœur Rolland Delassus), et aussi l’ensemble Carpe Diem, le choeur des Villains de Massy ou l’orchestre national d’Ile de France…Nathalie s’enthousiasme pour les musiques traditionnelles des peuples du monde et bientôt tombe amoureuse de l' Amérique Latine. En 2009 elle enregistre avec le guitariste Simon Gonzalez, le disque Perspectiva dans lequel ellenous fait découvrir et partager une large palette de la musiqueLatino Américaine du XXème siècle.En 2011 elle poursuit cette aventure en interprétant les soli de la misa criolla et en fondant l’ensemble Triptico, trio consacré à la musique populaire.Parallèlement depuis 2009 elle est invitée à chanter le répertoire contemporain du XXème et XXIème siècle, (John Cage, Aperghis, Nuñez etCaty Berberian …)… En 2013 c’est avec le spectacle Coquetterie posthume qu’elle  fait partager son goût pour la poesie et la mélodie française du xix et xxme siècle. 

 

Carlotta Darò
 

est maître assistante à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture Paris-Malaquais et membre du Laboratoire Infrastructure Architecture Territoire. Ses recherches explorent l'impact des technologies du son, des infrastructures de la télécommunication et des médias dans la théorie architecturale et urbaine du XXe siècle. Elle a été chercheur invité au Centre Canadien d'Architecture (2008) et boursière Mellon à l'Université de McGill (2009-2011). Elle a aussi travaillé en tant que commissaire d'exposition et journaliste spécialisée en architecture.

 

Michel Retbi
 

Michel Retbi est Architecte DPLG, Urbaniste, Musicien, Maitre-assistant honoraire des écoles d’architecture, chercheur associé au LAM Université Pierre et Marie Curie. Réalisations : lycées, écoles et logements, lieux de musique, petits auditoriums et salles de théâtre. Études et publications : ZPPAUP Auvers-sur-Oise (1994), Barbizon (1997), Typologie de l’Habitat ancien en Région Île-de-France (Iaurif, 1982), Plan Construction en 1991: L’espace de la Véranda, Architecture Ambiance et Énergie : 1989, Technique et Architecture. Congrès et colloques à Munich, Paris, Oslo, La Tourette, Brighton, Cluny, Évreux, Sylvanès, Royaumont. Président d’AArchiMuse. Président du Colloque JAAV (Jazz Acoustique Architecture et Ville, mai 2013, Paris).

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now